Adresse
Téléphone
La Suisse Normande
Un avant goût de montagne
 

l'église St pierre et St Paul

Le gîte de groupe

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cette petite commune est très préservée en matière de bâti (constructions en granit). Le site de la Maison de la rivière et du paysage est en partie sur le territoire communal. Il est constitué de deux anciens moulins qui ont été réaménagés par les collectivités locales (conseil général de l'Orne, communauté de communes du Bocage d'Athis) et les AAPPMA de l'Orne pour l'accueil du grand public et des scolaires dans le cadre d'expositions et d'animations sur l'eau, la nature, l'environnement : la Maison du paysage (et son café-boutique « nature ») et la Maison de l'eau et de la rivière.
 
Le site est également équipé d'un parcours pêche-nature accessible au public à mobilité réduite, prolongé par un sentier pittoresque traversant les gorges de la Rouvre et remontant jusqu'au belvédère naturel de la Roche d'Oëtre, à Saint-Philbert-sur-Orne. Une « faites » des légumes et des jardins (2 à 3 000 participants sur un dimanche) est organisée régulièrement en septembre, autour de la Maison du paysage par l'association gestionnaire du site : le CPIE (Centre permanent d'initiatives pour l'environnement) des collines normandes.
 
Ce secteur de la vallée de la Rouvre dispose d'un label d'espace naturel sensible du département de l'Orne, accueillant de nombreuses espèces animales ou végétales, dont certaines sont protégées aux niveaux national et/ou européen (loutre, moule perlière, écrevisse à pieds blancs, pilulaire commune, saumon, spergule printanière, osmonde royale…).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Randonnée

De part sa proximité avec la roche d'Oëtre, vous profitez du sentier du granite, très bien tracé et très bien entretenu !
 
Il est possible également de faire le tour du village en empruntant ce sentier (nord / est) et en revenant par le sentier botanique (sud /ouest) - prévoir 1h30 de marche.

 
La chapelle du blanc rocher

Histoire de Bréel (www.athisvalderouvre.fr)

Le nom de Bréel vient du gaulois « brogilu » (petit bois), ayant donné le français « breuil » (enclos, boisé ou non, où les bêtes étaient parquées).

L’église de Bréel conserve une chapelle de la fin du XVème siècle, aujourd’hui classée monument historique, qui était destinée à la sépulture de la famille seigneuriale des Corday.

Leur château s’élevait à l’emplacement de la ferme sise au lieudit la Cour de Bréel, près de l’étang qui existe toujours. Leurs armes, d’azur à trois chevrons d‘or se trouvent sculptées à la croisée d’ogives de la chapelle de Corday. L’un deux, Guillaume Corday fut curé du lieu pendant plus de cinquante ans, de 1476 à 1527. Charlotte Corday, qui assassinat Marat, était peut-être une de leurs descendantes.

Au XVIIIème siècle, Bréel comptait 675 habitants et tirait sa richesse de son sol granitique.

L’exploitation des carrières sur un magnifique filon de granite s’est poursuivie jusqu’à la dernière guerre. De Bréel partirent les belles pierres taillées nécessaires à la construction des demeures de Caen et même au-delà. La chapelle du Blanc Rocher (1855) nichée dans les bois et  la chapelle Saint-Joseph (1895) posée sur une butte face à un grand calvaire de granit, ont été construites par les carriers et sont les témoignages de cet essor. L'ancien moulin de Bréel abrite aujourd'hui la Maison du Paysage.