Adresse
Téléphone
La Suisse Normande
Un avant goût de montagne
La gare de Berjou / Cahan
 
IMGP6079b
 
 
 
" Les parents et les grands-parents des élèves du collège Paul Verlaine d’Evrecy s’en souviennent. Un siècle durant, les trains de la ligne Caen-Flers ont sillonné les vallées et traversé les collines de la Suisse Normande. Aux sifflets des locomotives à vapeur ont succédé les trompes des motrices diesel et des autorails. Et puis, dans les années 70, petit à petit, le train s’est tu, laissant la végétation reprendre possession de ses voies désertes.
Aidés par une équipe d’adultes, dont deux professeurs, les collégiens se sont lancés à la découverte de ce patrimoine, interrogeant les témoins, consultant des documents, parcourant même la voie à pied, en vélorail.
Ce livre, le huitième produit par l’atelier patrimoine du collège, est le résultat de leur travail. Il fait revivre l’histoire de la ligne, de sa naissance à sa fermeture. Il évoque aussi l’action et les espoirs de ceux pour qui cette histoire n’est pas terminée. "

Auteurs : 
Ouvrage collectif, collège Paul Verlaine d'Evrecy
 
P1000775a
IMGP5503
 
P1000749a
 

PN 31 avant le tunnel des Gouttes

PN 31 avant le tunnel des Gouttes
IMGP5491
 
P1000763a
P1000763a
IMGP1312a
 
IMGP5586
 
IMGP6104
 
IMGP6104
IMGP1308
 
IMGP5621
 
IMGP6119
P1000895a

Viaduc de la Fouillerie

Ce viaduc a été construit en 1874 sur la ligne Falaise-Berjou pour désenclaver et industrialiser ce territoire de la Suisse normande. Ce viaduc est tombé petit à petit en désuétude. En 1942, les allemands procèdent au démontage de la voie pour l'envoyer sur le front russe. Elle ne sera plus rétablie par la suite.

Pont à la chapelle sainte Anne

Pont à la chapelle sainte Anne

Mur de soutien de la ligne SNCF

Mur de soutien de la ligne SNCF
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Un siécle de trains
Caen-Flers

 
P1000759
IMGP5604
IMGP5604

Vélorail au PN13 de Grimbosq

Vélorail au PN13 de Grimbosq

Viaduc des Bordeaux

Viaduc des Bordeaux
 

Pont sur le Noireau

Pont sur le Noireau

Cartes postales anciennes

Cartes postales anciennes
 
cpa sncf2
 
cpa sncf3
 
cpa sncf4
 
 
 
 
 
 

La gare de Caligny

La gare de Caligny
 
La gare fut ouverte à partir de 1868 en même temps que la ligne Flers-Condé-sur-Noireau qui fut prolongée vers Caen à partir du 15 mai 1873 et vers Falaise à partir du 15 avril 1874. Son exploitation fut reprise en 1908 par la Compagnie des chemins de fer de l'État, puis en 1938 par la Société nationale des chemins de fer français(SNCF). Depuis 2005, la ligne fait l'objet d'un débat pour sa réouverture au service TER et la gare de Caligny se trouve concernée par l’existence d’un pôle industriel autour de l’entreprise Faurecia. Finalement, le 12 décembre 2006, le Conseil Régional de Basse-Normandie a pris la décision de sauvegarder la ligne. Depuis, aucune action n'a été poursuivie ni menée dans le but d'une reconversion ou d'une réhabilitation.
 
IMGP2718

La gare de Berjou

La gare de Berjou
Le , la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest ouvre une ligne ferroviaire en direction de Berjou et s'embranchant sur la ligne Paris - Vire à Cerisy-Belle-Étoile. Cette courte ligne passant par Condé-sur-Noireau est prolongée jusqu'à la gare de Caen le .
 
Le , la Compagnie des chemins de fer normands ouvre une ligne d'intérêt local longue de 29 km entre la gare de Falaise et Berjou. Trois ans après, la Compagnie des chemins de fer normands est placée en liquidation et l'exploitation de la ligne Falaise - Berjou est reprise par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest à partir du . La gare de Berjou n'est dès lors plus desservie que par des trains de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, puis par ceux de l'Administration des chemins de fer de l'État après le rachat de la compagnie en 1908.
 
La gare est désaffectée dans la deuxième partie du xxe siècle. Sur la ligne Falaise- Berjou, le trafic est limité à la section Berjou - Mesnil-Hubert, le , au moment de l'incorporation du réseau de l'État à la SNCF nouvellement créée. Le , la ligne est totalement fermée. La ligne Caen - Flers a cessé son activité voyageur le , puis le trafic marchandise en .

Des trains touristiques ont fréquenté la ligne Caen - Flers de 1991 à 1993. Aucun trafic ne passe plus aujourd'hui dans la gare de Berjou.
IMGP5097
 
Passage à niveau de Cambercourt

La gare de Clécy

La gare de Clécy

Histoire

La gare est ouverte à partir du 15 mai 1873, bénéficiant de l'extension de la ligne Flers-Berjou vers Caen. Son exploitation est reprise en 1908 par l'Administration des chemins de fer de l'État, puis en 1938 par la Société nationale des chemins de fer français(SNCF). Elle est exploitée jusqu’au 3 mai 1970.
 
Isolée en pleine nature, son ancien bâtiment voyageur est maintenant intégré à la Base de plein air de la Lande Clécy. Il est géré en gite adultes par le CER SNCF de Normandie.

Depuis le début des années 2000, la plateforme ferroviaire est entretenue par les soins de l’Amicale pour la mise en valeur de la Caen - Flers. Depuis 2005, elle fait l'objet d'un débat pour sa réouverture au service TER. Finalement, le 12 décembre 2006, le Conseil régional de Basse-Normandie a pris la décision de sauvegarder la ligne.

Le tunnel des gouttes

Le tunnel des gouttes
Le Tunnel des gouttes est un tunnel ferroviaire à voie unique d'une longueur de 1 791 mètres qui se situe sur la ligne Caen-Flers, entre les gares de Clécy et de Berjou. Il a été percé dans le schiste à la dynamite dans les années 1870. Les travaux furent achevés en 1873 et sa mise en service effectuée le 15 mai de la même année.
 
Le Tunnel des gouttes est réputé pour avoir abrité le train spécial « Sonderzug Asien » d'Hermann Goering, probablement au printemps 1941, à l'occasion d'une réunion de généraux allemands. Durant l'été 1944 il a accueilli près de 1 200 réfugiés des environs pendant la bataille qui conduisit à l'encerclement de la 7e armée allemande dans la poche de Falaise. La voie Caen-Flers s'est trouvée sur la ligne de front du 7 au 17 août 1944.

Tunnel du Hom

Le tunnel du Hom est un tunnel ferroviaire à voie unique d'une longueur de 153 mètres qui se situe sur la ligne Caen-Flers, entre les gares de Thury-Harcourt et la halte de Grimbosq.
Le tunnel n'étant plus exploité, une préservation de son rôle passe par l'aménagement d'une voie verte de la Suisse normande (V43), baptisée Vélo Francette, qui passe dans ce tunnel. Il est équipé d'un système d'éclairage automatique détectant le passage des cyclistes

IMGP5617
IMGP5615a
 

Gare de St André / Feuguerolles

Gare de St André / Feuguerolles
La gare fut ouverte à partir du 15 mai 1873, bénéficiant de l'extension de la ligne Flers-Berjou vers Caen. Son exploitation fut reprise en 1908 par la Compagnie des chemins de fer de l'État, puis en 1938 par la SNCF. Cette année-là, le trafic de l'embranchement particulier des mines de Feuguerolles-Saint-André était le plus important du réseau ouest.
En 1944, elle se trouva en pleine zone de bataille le 24 juillet puis le 28 juillet (opération Spring). Dégagée le 1er août, elle resta sur la ligne de front jusqu'au 7 août (début de l'Opération Totalize). Rouverte en 1945, elle est restée en activité pour le service voyageur jusqu’au 3 mai 1970. Par la suite, des trains touristiques ont été exploités à partir de cette gare de 1991 à 1993. Depuis 2005, elle fait l'objet d'un débat pour sa réouverture au service TER. En 2006, elle a fait l'objet d'une animation particulière pour remettre en état son emprise ferroviaire ainsi que ses infrastructures et le Réseau vert de Basse-Normandie a procédé à sa réouverture symbolique. Finalement, le , le Conseil Régional de Basse-Normandie a pris la décision de sauvegarder la ligne.

Pont de Fleury sur Orne

Gare de St André / Feuguerolles
Gare de St André / Feuguerolles
P1000434a
 

Viaduc de la Lande à Clécy

 La compagnie des chemins de fer de l'Ouest entreprend, au début des années 1860, sur la ligne Paris - Granville la construction d'un embranchement de la gare de Cerisy-Belle-Étoile vers Caen.
 
Le premier tronçon de Cerisy-Belle-Étoile à Berjou, inauguré le , précède l'inauguration le  du tronçon de Berjou à Caen, sur lequel est situé le viaduc.
 
C'est monsieur Verjat, architecte de la compagnie qui entreprend la construction du viaduc, achevé en 1866, plusieurs années avant la mise en circulation de la ligne.

Le viaduc de Clécy est un pont ferroviaire prévu pour deux voies mais dont une seule est posée. Construit en pierre, il comporte 9 arches pour une longueur de 108 mètres
 
IMGP1345a
P1000777a
 

Viaduc des Bordeaux à Berjou

Au sortir du Tunnel des Gouttes, le Noireau est franchi sur le viaduc des « Bordeaux ». Ce viaduc, long de 48m, construit en ciment avec parements en briques a pour particularité d’avoir des parapets ajourés. Il comporte six arches plein cintre de huit mètres d’ouverture.
 
La construction de la gare de Berjou au lieu-dit Cambercourt et de ses installations obstrua l’accès direct à la filature des Bordeaux. Cette filature, devenue plus tard fromagerie, se trouva donc isolée, coincée entre les installations de la nouvelle gare, le canal alimentaire de la filature et le Noireau.

Selon Jacques Lucas de Pont d’Ouilly, la fromagerie de Berjou qui appartenait alors aux Fermiers Normands (reprise en 1955 par Vallée), « expédiait des fromages vers 1947 à partir de la gare de Berjou ».
 
Les fromageries de Suisse Normande, comme celles de toute la Normandie, connaissent un essor sans précédent avec l’expédition journalière de camembert en direction des tranchées. Les convois de fromages empruntent la ligne Caen-Flers.
 
A cause de ses ponts, le Village des Bordeaux fut le lieu de violents combats en juin 1944. En 1945, on remplaça le pont routier détruit par une travée de jetée flottante de l’un des deux ports artificiels installés à Arromanches. Réhabilité par le Conseil Général du Calvados en 2002, il est le dernier témoin en Basse- Normandie de ces éléments de ponts flottants récupérés pour servir de Pont de secours.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
ligne SNCF Falaise Berjou
 
Le conseil général du Calvados, dans sa séance du , reconnait la nécessité de construire une ligne de chemin de fer entre Mézidon et Granville en passant par Falaise et Condé-sur-Noireau. Le projet n'est pas réalisé en tant que tel, mais l'ouverture successive de plusieurs lignes reprend cet itinéraire. En , la ligne Le Mans - Argentan est prolongée jusqu'à Mézidon et, en décembre de la même année, un embranchement est ouvert entre la gare de Coulibœuf et Falaise. En 1868, une courte ligne est ouverte entre Flers et Berjou via Condé-sur-Noireau. En 1867–1870, la ligne Paris - Flers est prolongée jusqu'à Granville par Vire. Seule la liaison directe Falaise - Condé-sur-Noireau n'est donc pas réalisée à la fin des années 1860.
Le , le conseil général décide d'étoffer le réseau ferré national en établissant cinq lignes de chemin de fer d'intérêt local. L'un de ces projets vise à raccorder par une nouvelle ligne la gare de Berjou à celle de Falaise afin de relier directement cette ville à Condé-sur-Noireau. M. Amand-Guilet reçoit le  la concession de la ligne assortie d'une subvention de 1 620 000 francs. La ligne est déclarée d'utilité publique, à titre d'intérêt local, et la convention de concession approuvée par un décret impérial signé le . L'entrepreneur avance les fonds, mais le projet est ajournée du fait de la guerre franco-prussienne de 1870. Après la défaite, les circonstances sont peu propices au projet ; le conseil général, sur recommandation du préfet, décide le  de temporiser le projet. Le , la concession est reprise par la Compagnie des chemins de fer normands et la ligne est finalement ouverte le .

Lien Wikipédia

Restes du pont de Bouler

Restes du pont de Bouler
 
Le viaduc de Rapilly, aussi appelé pont de Bouler, a été construit entre les communes de Rapilly dans le Calvados et Ménil-Vin dans l'Orne, pour le compte de la compagnie des chemins de fer de l'Ouest. Il permettait à la ligne de Falaise à Berjou de franchir la vallée du Boulaire, sous-affluent de l'Orne par la Baize.
 Il fut mis en service le 15 avril 1874. Reprise par la compagnie des chemins de fer de l'État en 1908, l'exploitation du tronçon Pont-d'Ouilly-Falaise a cessé le 1er mars 1938.

Lien Ouest France
 

Viaduc de la Fouillerie

Viaduc de la Fouillerie
 

Mur de soutènement au dessus du Noireau vers Cahan

Mur de soutènement au dessus du Noireau vers Cahan
IMGP5778
 
Dernières traces de la voie ferrée au Rocray
 
cpa cahan2
 
IMGP5775
 
La halte de Cahan maintenant ...
 
IMGP5670
 
L'ancien passage le long du Noireau vers Pont d'Ouilly
 
GarePont_d'Ouilly
 
Gare-Mesnil-Villement-Pont-des-Veres-CPancienne
 
Gare-Mesnil-Vin-CPancienne
 
Pont_de_bouler_-_viaduc_de_Rapilly_-_02

Gare de Ménil-Hubert / Pont d'Ouilly

Gare de Ménil-Hubert / Pont d'Ouilly

... et la halle attenante

... et la halle attenante

Gare de Martigny sur l'Ante

Gare de Martigny sur l'Ante
 
Elle est mise en service en 1874 par la Compagnie des chemins de fer normands et fermée au trafic voyageurs en 1938.
Établie à 202 mètres d'altitude, la gare de Martigny était située au point kilométrique (PK) 9,0 de la ligne de Falaise à Berjou, entre les gares de Falaise, la halte de Saint-Martin-de-Mieux s'intercallait, et de Mesnil-Ménil-Vin...

Halte des Loges-Saulces

Halte des Loges-Saulces
 
Quand la ligne Falaise - Berjou ouvre le , les trains ne s'arrêtent pas entre la gare de Ménil-Vin et celle de Martigny. Les habitants des Loges-Saulces envoient une pétition au conseil général du Calvados pour que le train fasse une halte dans leur commune. Le département demande donc à ce qu'une halte à voyageurs soit établie dans la maison de garde-barrière n°10. Le , cette demande est rejetée sur les recommandations des ingénieurs du contrôle.