Adresse
Téléphone
La Suisse Normande
Un avant goût de montagne

La Pommeraye

 
 
 
 
 
 
 
Le Domaine était à l’origine un ancien haras du XVIIIe siècle. Il a été complètement restauré et vous accueille pour un week-end détente en Normandie ou un séjour spa, ainsi que pour l’organisation de vos réceptions et séminaires. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Depuis le xie siècle, il a toujours eu une vocation défensive, comme en témoignent la motte castrale, les deux porches d’accès, l'étang défensif, les douves, les bouches à feu et les murs d’enceinte.
La propriété architecturée en U s’articule de la manière suivante : accès par voie romaine, cour d’honneur délimitée par deux pavillons Louis XIII ainsi que des communs (écuries, charretterie, pressoir, boulangerie).
Le château de 1646, fondé sur des vestiges médiévaux a été profondément remanié, voire reconstruit en 1850. Son style caractéristique de la période Restauration, cache derrière ses sobres façades une distribution, assez rare, sur le modèle romain de l’atrium.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Le château Ganne est un ancien château dont les vestiges (des xie et xiie siècles) sont situées sur les anciennes terres du château actuel de La Pommeraye.
 
Le château est possession des seigneurs de La Pommeraye jusqu'au milieu du xiie siècle. En 1167, les chanoines de l'abbaye du Val se voient confier la chapelle castrale par Henri II de la Pommeraye. En 1180, le château lui est confisqué pour des raisons inconnues par le roi d'Angleterre. La famille en reprend possession au début du xiiie siècle ayant choisi le parti anglais. À la mort de Goscelin III de La Pommeraye en 1219, le château est transmis à un neveu, de la famille de Fontaine, et non à son fils Henri. La famille de Fontaine en est encore détentrice au début du xive siècle. Le château change par la suite, à de nombreuses reprises, de propriétaire.
Le château est aménagé en parc romantique à la fin du xixe siècle. La tempête de fin décembre 1999 a dévasté les bois qui entouraient les ruines du château
Les vestiges du château, visibles et non visibles, font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le